<
 
 
 
 
×
>
You are viewing an archived web page, collected at the request of United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) using Archive-It. This page was captured on 21:17:37 Oct 20, 2016, and is part of the UNESCO collection. The information on this web page may be out of date. See All versions of this archived page.
Loading media information hide
Environnement et développement
dans les régions côtières et les petites îles
colbartn.gif (4535 octets)

Rapport sur les progrès accomplis 2

4.  ORIENTATIONS POUR LE FUTUR  

120. Identifier une voie à poursuivre n’est jamais une tâche facile, et surtout lorsqu’il s’agit d’analyser  la masse considérable de connaissances et d’expériences présentée dans le “Forum  sur les pratiques éclairées pour le développement humain durable des régions côtières(username: csi; password: wise). La comparaison peut être faite avec l’expression :

“des océans de données,
        des mers d’informations,
                des rivières de connaissances
                        des gouttes de sagesse”.

Dans le cas présent les “mers d’information” et les “rivières de connaissances” se trouvent dans le Forum et notre but doit être de les canaliser en “gouttes de sagesses” ou “pratiques éclairées pour le développement durable des régions côtières et des petites îles”. 

121. Les propositions comprises dans ce chapitre doivent être considérées dans le contexte du diagramme de planification présenté dans la Figure 1, qui donne un cadre aux actions futures jusqu’en 2007. 

122. Etant donné que ce rapport s’intéresse aux résultats et au future du Forum (username: csi; password: wise), l’interaction entre les trois entités principales de la plate-forme CSI doit être gardée à l’esprit. Le graphique simple de la Figure 3 illustre ce concept. Les trois entités sont les projets pilotes et autres activités associées, les chaires universitaires/le jumelage et le Forum. Ces entités interagissent de sorte que des pratiqueséclairées puissent être formulées, testées et mises en application sur le terrain à l’échelle locale, qu’elles soient examinées, analysées et incorporées aux programmes d’enseignement par les chaires universitaires à l’échelle locale et régionale, et qu’elles soient critiquées, amplifiées et transférées par le Forum à l’échelle mondiale. Ces trois entités sont interactives et interdépendantes et un système de partage d'idées assure l’élaboration de pratiques éclairées de haute qualité et pertinentes qui ont une application directe au niveau de la prise de décision.

Figure 3

Modalités interactives pour les pratiques éclairées

PROJETS PILOTES ET INITIATIVES SIMILAIRES

  • Actions intersectorielles sur le terrain

  • Eléments constitutifs de l’initiative “pratiques éclairées”

  • Cadre pour tester les pratiques éclairées

  • Formation et développement des capacités

FORUM

  • Carrefour pour transférer et échanger les pratiques éclairées

  • Analyse critique des pratiques éclairées 

  • Source de nouvelles idées

  • Stockage de l’information

CHAIRES UNIVERSITAIRES

  • Education interdisciplinaire

  • Soutien aux projets pilotes

  • Analyse critique des pratiques éclairées

  • Liens avec d’autres institutions

4.1  Etapes du cheminement  

123. Il serait maintenant utile de rappeler certaines des étapes suivies qui nous ont permis de parvenir au stade actuel. 

La plate-forme CSI a initié/co-sponsorisé et relayé (1996-1999) un nombre de très divers projets pilotes et activités associées à des chaires universitaires qui s’intéressent essentiellement à des problèmes locaux. Elles couvrent la plupart des questions majeures sur les régions côtières et, prises dans leur ensemble, elles plaident fermement pour une approche intersectorielle et interdisciplinaire de la gestion intégrée des régions côtières (GIC). 

Dans le cadre d’un atelier intensif qui s’est tenu à Paris en décembre 1998, et par le biais d’un groupe de discussion électronique qui a suivi (de janvier à mars 1999), des critères généraux pour les pratiques éclairées dans les régions côtières ont été proposés. Ils consistent en 16 caractéristiques qui définissent des pratiques éclairées qui, bien que développées sous une forme générique, sont basées sur les connaissances locales et les expériences de terrain.

Les pratiques éclairées exemplaires, reposant sur les expériences de terrain, ont été formulées et analysées en fonction des caractéristiques des pratiques éclairées et affichées sur le Forum (username: csi; password: wise) pour commentaires et discussions. 

Le Forum (username: csi; password: wise) a permis entre autres de mieux comprendre la nature des pratiques éclairées sur la base de ces 16 caractéristiques. 

Depuis le début de l'année 2000, le Forum (username: csi; password: wise), grâce à un mécanisme de modération prudent, a été utilisé afin d’explorer plus en détail les idées liées aux pratiques éclairées dans les régions côtières émises par les participants, dont le nombre ne cesse d'augmenter.

4.2  Chercher un 'compromis'  

124. La gestion intégrée des régions côtières englobe un nombre considérable de sujets, d’approches, de disciplines et de zones géographiques, de sorte qu’il est très difficile de développer un cadre cohérent pour atteindre des modes de vie durables dans les régions côtières et les petites îles. Il a été suggéré (UNESCO, 2000) que les pratiques éclairées pourraient représenter le langage commun ou le cadre universel au sein duquel cette diversité inhérente à leur nature serait rassemblée. 

125. Le processus de formulation de nouvelles pratiques innovantes dure depuis un certain temps. L’initiative dont il est question ici s’appuie sur les efforts précédents, qui ont tenté de définir “ce qui devrait être fait” à l’aide des “meilleurs pratiques”. Reconnaissant les inégalités et la diversitédu monde réel, l’initiative des pratiques éclairées cherche à offrir des orientations sur “ce qui peut être fait avec sagesse en fonction de ce dont on dispose” afin d’atteindre “un état meilleur qu’avant”. Le but est donc de définir les actions les plus éclairées selon un critère de durabilité. 

126. La figure 4 montre une représentation simplifiée de quelques unes des tensions et des centres d’intérêts qui existent en gestion intégrée des régions côtières. Lorsque l’on doit prendre en compte ces orientations souvent divergentes, il est nécessaire de chercher un “ compromis”.

Figure 4

4.3  Chercher un 'compromis' entre approche hiérarchique du haut vers le bas/du bas vers le haut  

127. La gestion des régions côtières se fait traditionnellement du haut vers le bas. En réaction à cela, les pratiques éclairées ne devraient pas se focaliserexclusivement sur l’approche verticale du bas vers le haut ou du haut vers le bas. Il est nécessaire de trouver un compromis, qui permette au grand public et aux différents niveaux communautaires de s’impliquer avec les administrateurs et hommes politiques de haut niveau dans le processus de gestion. Il est admis que cela est très difficile à faire dans la pratique. De plus, dans certains cas, par exemple dans les îles éloignées où le gouvernement régional ou national est absent, le contrôle repose entièrement sur la communauté locale. Dans d’autres cas, seul la gestion du haut vers le baspourrait être acceptable pour des raisons politiques. Aussi, tout en recherchant un compromis dans le continuum entre approches hiérarchiques du haut vers le bas et du bas vers le haut, chaque situation doit être évaluée indépendamment. 

128. De nombreux participants ont profité de la nature informelle du Forum (username: csi; password: wise), et se sont sentis libres d’exprimer franchement leurs opinions. Des idées ont ainsi été présentées qui n’auraient peut-être pas été exprimées dans des conditions plus formelles, telles que des ateliers et des conférences, ou dans des publications. Comme l’écrit Schmid (229) en mai 2000 : 

“ Il s'agit ni plus ni moins d'une réelle approche hiérarchique 'de la base vers le haut' ... à une véritable échelle globale. ... rendent possible ce Forum et qui offrent une plate-forme de discussions et de réponses rapides, créant ainsi un vrai réseau d'échange des expériences vécues et du savoir-faire”.

129. D’autres participants ont indiqué que l’échange d’expériences concernant certains problèmes non seulement les a aidé à parvenir à des solutions, mais leur a aussi apporté le réconfort de savoir qu’ils n’étaient pas seuls. Le Forum (username: csi; password: wise) peut ainsi être considéré comme une activité participative à l’échelle mondiale. 

130. En effet, comme cela a été discuté dans le Chapitre 2, un des principaux thèmes qui a émergé du Forum (username: csi; password: wise) concernait le renforcement du pouvoir des communautés et du public à gérer leurs propres ressources – c’est–à-dire leurs ressources intellectuelles, leurs traditions, leur organisation sociale, leurs ressources naturelles et économiques – afin de progresser en direction d’un mode de vie durable. 

131. Cependant, pour développer un “compromis”, il faut davantage impliquer les participants actifs à l’autre bout de la chaîne, autrement dit adopter également une approche hiérarchique du haut vers le bas. Comme cela a été indiqué plus tôt au cours du Forum (username: csi; password: wise), en juin 1999, suite à une PEE par Voi (3) : 

“…il faut impliquer dans cette discussion sur les pratiques éclairées toutes les parties intéressées… les investisseurs, les aménageurs, les hommes politiques, les communautés, etc.… actuellement notre discussion est quelque peu unidirectionnelle”.

132. Les résultats d’une étude préliminaire sur l’affiliation des auteurs des contributions au Forum (username: csi; password: wise) est donnée dans le tableau suivant et à la Figure 5.

Universités  42%
Organisations internationales   22%
Agences gouvernementales 13%
Professionnels du conseil 8%
Organisations régionales  5%
Secteur privé 5%
ONG 4%
Journalistes   1%

Ce décompte, cependant, représente moins de 5% des participants au Forum (username: csi; password: wise) et n’est pas forcément représentatif de l’ensemble du Forum (l’information n’est pas disponible actuellement pour entreprendre une même analyse des 1 800 participants au Forum).

Figure 5   

133. Tout les efforts ont été faits pour impliquer tous les secteurs de la société dans le Forum (username: csi; password: wise), mais il y a certaines limites. Les organisations gouvernementales ne sont pas toujours convaincues de la pertinence d’activités telles que le Forum et ainsi ne prennent pas le temps de participer. De même, le secteur privé ne comprend pas et parfois montre une certaine rancune vis-à-vis des approches bureaucratiques ou universitaires aux problèmes. En ce qui concerne le grand public et les communautés, il faut reconnaître que dans de nombreux pays le Forum ne touche essentiellement que les élites – ceux qui ont accès aux ordinateurs et aux lignes téléphoniques et qui connaissent certaines langues. Aussi, bien que l’implication directe et égale de tous les secteurs de la société demeure un but à long terme, l’approche immédiate est de se concentrer sur ce qui est réaliste. 

134. Là où les communautés et les parties prenantes du grand public ne peuvent être impliquées directement dans le Forum (username: csi; password: wise) pour les raisons mentionnées plus haut, leur contributions peuvent être obtenues par les activités de terrain telles que les projets pilotes et projets similaires, ainsi que par les ateliers et réunions locales et nationales. 

135. Une participation accrue des professionnels et des organisations du commerce, ainsi que d’autres forums et organisations des médias élargiraient le public du Forum (username: csi; password: wise) au secteur public et privé, de même que le ferait davantage de publicité au sujet du Forum lors de conférences et réunions internationales. 

136. De plus, le Forum (username: csi; password: wise) pourrait servir de lien entre les organisations régionales et internationales aux objectifs similaires et ainsi réduire en même temps le degré d'efforts et conduire à des approches plus complémentaires et moins coûteuses. 

4.4  Chercher un 'compromis' entre niveau local et niveau mondial  

137. La plate-forme CSI, par le mécanisme d’interaction entre les trois entités s’est déplacée à plusieurs reprises d'un niveau local à un niveau mondial et vice versa, ceci à plusieurs reprises sur une période de moins de deux ans. Une interaction continue entre les différents niveaux sera essentielle pour formuler, tester et transférer les pratiques éclairées. 

138. Le Forum (username: csi; password: wise) a le potentiel de faciliter l’interaction entre les niveaux local, régional et mondial. Par exemple, suite à la visibilité donnée par l’affichage sur le Net de la pratique éclairée exemplaire sur “L’investissement du secteur privé dans la conservation marine/ Ile de Chumbe-Tanzanie” (185), les représentants du projet ont été invités à faire des présentations à un atelier régional et à une conférence internationale. 

139. De nombreuses actions au niveau local sont influencées par des événements régionaux, par exemple les accords commerciaux ou les ralentissements économiques. Ainsi, outre le va-et-vient entre les niveaux local et mondial, une attention portée au niveau régional semble appropriée. 

140. En effet, les discussions du Forum (username: csi; password: wise) ont illustré de nombreuses différences entre les régions, comme par exemple, la façon dont les organisations non gouvernementales (ONG) sont perçues. Suite à une contribution sur les îles de l’Océan Indien (52), le rôle des ONG a été l’objet d’un grand débat. Dans certaines régions du monde, particulièrement en Afrique et en Asie du Sud-Est, il semble qu’il existe de nombreuses ONG environnementales peu scrupuleuses et aux pratiques immorales qui ont pour seul objectif de se faire de l’argent par tous les moyens possibles. Par contre dans certaines petites îles des Caraïbes et de l’Océan Indien, où les gouvernements peuvent être faibles ou instables, les ONG peuvent constituer des institutions plus fiables pour la gestion de projets sur l’environnement. Une telle diversité d’opinion indique peut-être qu’il faudrait développer le Forum selon un axe régional. 

141. Le Forum (username: csi; password: wise) offre aussi la possibilité de relier et d’intégrer les différents projets pilotes et les activités de développement des moyens de sensibilisation associées, y compris les chaires universitaires, dans un cadre régional. Cela contraste avec le relatif isolement dans lequel certaines d’entre elles ont opéré avant la mi-2000. En effet, lorsque l’on considère dans leur ensemble les activités des projets pilotes/de développementdes moyens, elles représentent une approche bien plus complète à la GIC que si elles étaient considérées individuellement. 

142. Fondamentalement, la mise en œuvre des pratiques éclairées pour le développement humain durable devra se faire au niveau local par le biais de projets pilotes et de projets similaires, ainsi que par les activités de sensibilisation et de développement des capacités associées, y compris les chaires universitaires/le jumelage. Il n’en demeure pas moins qu’il y a beaucoup à apprendre, en particulier par l’échange d’informations, à l’échelle mondiale. Par exemple, une discussion du Forum (username: csi; password: wise) sur les pratiques d’extraction de sable dans les îles des Caraïbes et du Pacifique a pu influencer une décision spécifique, à tel point que des administrateurs d’une île du Pacifique ont décidé que les lois et les réglementations ne pouvaient seules résoudre leur problème d’extraction de sable, mais qu’au contraire une approche plus intégrée était souhaitable, qui inclurait le développement d'approvisionnements en sable alternatifs et des incitations économiques (voir l’enchaînement de discussions suite à la contribution 88). En effet, en raison des nombreuses caractéristiques partagées, et des similitudes, le potentiel existe à un niveau inter-régional pour développer des pratiques éclairées pour les petites îles. 

4.5  Chercher un 'compromis' entre les approches sectorielles et intégrées  

143. Le but de CSI est de renforcer les approches intersectorielles. Etant donné la diversité des contributions, le Forum (username: csi; password: wise) couvre tous les secteurs sociétaux. Des approches intégrées ont été développées au sein de plusieurs PEE. Pour ne citer que deux exemples : une approche intégrée qui implique l’industrie, le gouvernement, les travailleurs et les communautés est proposée dans le cas d'une zone côtière industrielle en Inde (85) et, de manière semblable, une approche de gestion qui implique plusieurs agences gouvernementales, des facultés et d’autres institutions est développée en Uruguay (66). 

144. Le Forum (username: csi; password: wise) pourrait développer davantage de telles approches intégrées ; par exemple des experts de différentes disciplines (aménageurs, scientifiques et architectes paysagistes) ont proposé dans le cadre du Forum des solutions à l’érosion côtière qui étaient similaires (239). Le point essentiel maintenant est que ces groupes intègrent leurs efforts afin de convaincre les parties prenantes-clés, tels que propriétaires fonciers, développeurs et politiciens, des mérites de l’approche proposée. De telles actions devront être mises en œuvre au niveau local par les projets pilotes et projets similaires et les chaires universitaires, bien que le Forum doive continuerà jouer un rôle en évaluant et transférant les résultats de telles activités.

4.6  Le Forum comme moyen de recentrer les activités des projets pilotes/chaires universitaires

145. La Figure 1 indique que l’un des objectifs du Forum (username: csi; password: wise) est d’utiliser les résultats pour évaluer, recentrer et faire progresser les activités des projets pilotes et des activités de sensibilisation et de développement des capacités associées, y compris les chaires universitaires, ainsi que d’influencer de manière positive les activités en d’autres lieux. 

146. Le but de l’évaluation n’est pas de “noter” un projet ou une chaire université donnés, mais plutôt de faire progresser une activité donnée pour atteindre entièrement ses objectifs dans le contexte inter-sectoriel et inter-disciplinaire de la plate-forme CSI

147. Il est nécessaire de développer des procédures et des formats d’évaluation standardisés, tout en gardant une flexibilité d’adaptation à la diversité des situations rencontrées. 

148. Plusieurs contributions au Forum (username: csi; password: wise) ont suggéré que les caractéristiques des pratiques éclairées pourraient servir à évaluer, et éventuellement recentrer, les activités des projet pilotes et des activités associées de sensibilisation et de développement des capacités, y compris les chaires universitaires. Ainsi, par exemple, Kiai (32) énonce que : 

l’exercice est utile car il nous force à “fouiller” dans les éléments intrinsèques du projet et à penser en termes d’impact, de participation et ainsi de suite, en en faisant un outil précieux de suivi et d’auto-évaluation, car les points faibles et les points forts deviennent évidents”. 

149. En développant davantage ces suggestions, il pourrait être possible d’éviter les pièges de l’auto-évaluation en mettant en place un groupe d’évaluateurs externes pris parmi les responsables des projets pilotes et des projets similaires, et les directeurs des chaires universitaires. Ces évaluateurs externes apporteraient l’avantage de leur expérience à une activité donnée. 

150. Les caractéristiques des pratiques éclairées qui incorporent des critères d’objectifs, de moyens et de valeurs, pourrait former le cœur d’une procédure d’évaluation, en même temps que d’autres facteurs-clés tels que l’interdisciplinarité et l’intersectoralité, la documentation sur ce qui était supposé se passer et ce qui s'est réellement passé, la détermination de moyens d’améliorer ce qui n’a pas bien fonctionné et d’accroître ce qui a bien fonctionné. L’évaluation servirait aussi à prendre connaissance des progrès d’un projet donné. 

151. Afin de faciliter un tel processus d’évaluation, des résumés pour chaque projet/chaire universitaire seront faits sur la base d’un format standard. Des résumés de certains projets pilotes existent déjà. CSI jouerait un rôle-clé en affectant les évaluateurs, en comparant les ressemblances et en comblant les manques. Une évaluation doit être un processus de coopération entre les évaluateurs et le responsable du projet pilote/de la chaire universitaire. Les deux parties, conjointement avec CSI, travailleraient à recentrer les activités de sorte que les projets deviennent des exemples de pratiques éclairées pour le développement de modes de vie durables pour les régions côtières et les petites îles sur le terrain. 

4.7  Le futur du Forum  

152. Les projets pilotes et projets similaires, ainsi que les activités de sensibilisation et de développement des moyens associées sont très importants en tant que tels au niveau local, mais lorsqu’ils sont considérés dans leur ensemble ils peuvent offrir un scénario dont la somme des parties est plus élevée que leur simple total. En d’autres termes, vues dans leur ensemble, de nombreuses leçons en GIC, jusqu’à présent inconnues ou cachées, pourraient émerger et le Forum (username: csi; password: wise) a un rôle vital à jouer dans ce processus. 

153. Au départ, le Forum (username: csi; password: wise) était très focalisé, demandant aux participants de présenter des PEE selon un format analytique standard. Au cours des dix derniers mois, depuis janvier 2000, le Forum est dans une phase de discussions plus larges, qui a été très instructive et a produit quelques enchaînements de discussions très utiles qui mettent en valeur à la fois les différences et les ressemblances entre les régions. 

154. A ce jour, le Forum (username: csi; password: wise) a fourni une image claire des caractéristiques des pratiques éclairées pour les régions côtières. Il faut maintenant recentrer le Forum et définir clairement son rôle dans la mise en œuvre de pratiqueséclairées. A cet égard, nous devons prendre en compte la portée géographique et le contenu du Forum. 

155. Les trente participants au Forum (username: csi; password: wise) apportant leur contribution à ce rapport souhaitent qu’il se poursuive et qu’il puisse évoluer. 

156. Suite à des rencontres locales aux Philippines et en Inde (juillet 2000) et en complément au Forum (username: csi; password: wise) mondial, des forum régionaux seront développés. Ceux-ci auront l’avantage d’utiliser les langues locales, rassemblant davantage de participants sans perdre leur centre d’intérêt, se concentrant sur des thèmes spécifiques et incorporant d’autres activités telles que des discussions et ateliers en faceà face. Les questions importantes issues des forums régionaux pourraient être transférées au Forum mondial afin de les exposer à une plus grande assemblée. On propose de tester ces idées par des Forums régionaux au Gujurat en Inde et à Palawan aux Philippines, débutant fin 2000/début 2001. 

157. En complément au forum régional, un forum pour les petites îles a été proposé par plusieurs participants au Forum (username: csi; password: wise) contribuant à ce rapport. 

158. La nécessité de recentrer le débat du Forum (username: csi; password: wise) dans l’optique d’aider à tester les pratiques éclairées et de développer un code international de pratiques a aussi été suggéré. 

159. Des propositions ont été avancées par les participants contribuant à ce rapport pour recentrer le débat sur tous ou certains des sujets suivants : 

Résolution des conflits ;
Gouvernance et questions institutionnelles, par exemple sciences économiques et finances ;
Utilisation des technologies modernes de gestion ;
Approches intégrées, études de cas d’échecs et de réussites ;
Questions prioritaires là où il existe une forte probabilité de succès.

160. La transférabilité et l’applicabilité qui découle de toute pratique éclairée devrait être l’objet d’un travail de réflexion, d’analyse, de prudence et d’évaluation, étant donnée la multiplicité des facteurs et processus impliqués. Le Forum (username: csi; password: wise) pourrait devenir le carrefour d’un effort collectif visant à déterminer la faisabilité du transfert et de l’échange des pratiques éclairées et de leur sagesse, en tirant les bénéfices des similarités et en tirant les enseignements des différences. 

4.8  La nécessité de fixer des priorités  

161. Ce chapitre a traité différentes directions et propositions comme autant d’orientations futures pour le Forum (username: csi; password: wise). Etant donné les ressources limitées disponibles, il ne sera pas possible de toutes les suivre simultanément. Il faut fixer des priorités et planifier des actions appropriées, qui en vaillent la peine pour les sept prochaines années (2001-2007). Afin d’assurer des bénéfices multiples et à long terme à tous ceux impliqués et concernés, les destinataires du Forum sont vivement invités à jouer un rôle actif dans ce processus de définition de priorités en apportant leurs commentaires et leurs critiques à ce document et à ce chapitre en particulier. 

Références 

Commonwealth Secretariat, World Bank, 2000.  Small States: Meeting Challenges in the Global Economy.  Report of the Commonwealth Secretariat/World Bank Joint Task Force on Small States. 127 pages. 

Convention créant une Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture. Adoptée en 1945 et modifiée plusieurs fois depuis. 10 pages. 

Rapport intérimaire de l'Equipe spéciale de Réflexion sur l'UNESCO au XXIe siècle. Mai, 2000. 159 Ex/39. 46 pages. 

Pratiques éclairées pour un développement humain durable dans les régions côtières: résultats d'un atelier intersectoriel et des conclusions préliminaires d'un forum virtuel subséquent, UNESCO 2000. CSI info 10. 126 pages.  (disponible aussi en anglais) 

Pratiques éclairées pour un développement humain durable dans les régions côtières: rapport sur les progrès accomplis 1. Janvier 2000. 

début

Introduction

Activités Publications Recherche
Pratiques éclairées Régions Thèmes